Sud-Kivu : Une femme remise dans ses droits à Katana grâce au suivi d’un message d’alerte envoyé à AFEM via le système FAF

C’est le cas de Francine (nom emprunté) qui a été remise dans ses droit, grâce à un simple message envoyé à AFEM par un voisin via le système Femme au fone, FAF. Témoignage de Madame Espérance Zawadi, point focal de FAF dans le territoire de Kabare lors de la cérémonie de clôture des projets financés par l’Agence Suédoise de coopération internationale au développement (SIDA) sur la vaccination COVID-19 et le renforcement de la radio rurale pour une information impartiale organisée le mercredi 27 avril 2022 à Kinshasa.

« Tout a commencé le jour où l’homme a vendu une grande partie du terrain que possédait la famille et aller verser la dote chez une fille qu’il trouvait jolie et jeune plus que sa femme. Le lendemain, il a chassé sa femme et tous les enfants comme des chiens. Cette dernière n’ayant pas où aller, elle est restée devant la porte… », explique Zawadi Esperance, point focal FAF axe Katana.

Après avoir reçu cette triste nouvelle, AFEM en collaboration avec le comité FAF qu’elle a formé sur la lutte contre les VSBGs, ont suivi ce dossier jusqu’à ce que le mari de cette femme s’est reconnu coupable et a remis sa femme dans ses droits.

« AFEM ne nous a pas appris à agir sans penser à un processus pacifique si c’est encore tôt. Avec les rencontres entre la victime, son bourreau et les chefs de village qui ont pris l’engagement de nous accompagner dans cette lutte, le mari a fini par reprendre sa femme et demander pardon à toute sa belle-famille… et nous avons reçus sa lettre demandant de faire partie de l’équipe de sensibilisation contre les VSBGs… », explique-t-elle.

Signalons que ce cas de succès de cette femme est l’un des plusieurs cas que AFEM à travers son projet FAF a suivi dans certains territoires de la province du Sud-Kivu dont Kabare, Kalehe, Mwenga, etc.  

Pour FAF, Rachel Rugarabura JRI